Projet pédagogique

INTRODUCTION

Le projet pédagogique est la référence d’une structure. Il répond aux objectifs guidant le travail quotidien des adultes auprès des enfants. Il décrit le contexte du cadre de vie que l’on veut offrir à ces derniers en fonction des valeurs éducatives privilégiées, des ressources humaines et du matériel disponible.

 

Le projet pédagogique concrétise la volonté d’exposer les moyens et les méthodes que donne la Chrysalide afin d’aider, du mieux possible, les enfants à entrer en socialisation et en autonomie pour qu’il deviennent des citoyens à part entière.

 

Le projet pédagogique est construit par un groupe de personnes, parents et professionnels, désireux d’exprimer leurs envies quant au fonctionnement de la crèche. Par là même, il peut bien évidemment, évoluer dans le temps, selon les personnes en place.

En intégrant la Chrysalide, les familles et les professionnels s’engagent à respecter ce projet pédagogique.

 

Mais quel qu’en soit le contenu, ce projet est celui d’une crèche parentale. Il est donc marqué par la nature même de la structure : investissement des parents dans l’association, importance de la communication, personnel motivé et conséquent. Au départ, une crèche parentale est une structure créée par un groupe de parents qui ont envie de participer activement à l’éveil psychologique et physique de leur(s) tout(s)-petit(s). Pour que ce mode de garde bien particulier fonctionne, c’est à eux qu’incombe donc la recherche de partenaires financiers, indispensables à l’ouverture puis à la (sur)vie de la structure. Chaque famille est ainsi responsable du bon fonctionnement de la crèche.

 

Lorsqu’en 1985 « LA CHRYSALIDE » a été ouverte, il s’agissait de créer un lieu d’accueil familial et convivial, ce qui explique le petit nombre de 15 enfants. Les parents ont alors souhaité que, dans chaque famille, l’un des parents soit présent une demi-journée par semaine : c’est ce que l’on appelle le « temps d’animation ». La crèche est considérée comme un lieu où l’enfant acquiert son autonomie, dans un milieu protégé, afin de pouvoir « voler des ses propres ailes », le nom de « Chrysalide » s’est imposé.

 

Mais la présence des parents sur la crèche n’est, bien évidemment, pas suffisante, tant sur le plan matériel que sur le plan éducatif. C’est pourquoi des professionnels (éducateurs de jeunes enfants et/ou auxiliaires de puériculture) accompagnés de salariés en formation et de salariés en contrats aidés, forment l’équipe éducative et de ce fait sont garants de ce projet pédagogique.

 

  1. Les parents et l’équipe, une belle alliance pour le bien être et le bonheur des enfants.

Quand on est parent, faire le choix de la crèche parentale, c’est, au-delà de celui de gérer une « petite entreprise », faire aussi le choix de participer activement à l’éducation de son enfant au sein de son mode de garde, faire le choix d’être acteur, impliqué dans la vie associative du lieu.

 

Pour cela l’équipe éducative de la Chrysalide travaille étroitement avec les familles. C’est une collaboration déterminante pour le bien-être des enfants.

Le mot clé de cette collaboration est : COMMUNICATION. Une structure qui communique bien est une structure qui fonctionne mieux !

Mais cette collaboration passe avant tout par la reconnaissance et la prise en compte des individualités au sein d’un collectif.

 

C’est pourquoi nous mettons en avant cette alliance parents/professionnels. C’est en préservant cette collaboration efficace et objective qu’à la Chrysalide on se sent bien, tous les acteurs adoptent un état d’esprit commun, créent une ambiance sereine et agréable, se rendent utile en prenant des initiatives, allient plaisir et présence, s’investissent en fonction de ses capacités.

 

  1. Le respect.

« La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres »

 

La liberté de l’enfant dans son exploration, dans son désir de faire des choix et de poser des gestes est accompagnée par une équipe à l’écoute capable de mettre des limites, d’encadrer l’enfant mais surtout être le témoin et complice de ses réussites et progrès.

À la Chrysalide l’adulte ne doit jamais être autoritaire, crier ou utiliser un ton dur, dominateur ou tyrannique.

 

  1. L’adaptation.

 L’arrivée d’une nouvelle famille à la crèche est un moment important pour la famille mais également pour les membres de l’association et de la vie au quotidien de la structure.

Nous parlons volontairement d’accueil de la famille et non pas seulement de l’enfant. C’est l’essence même de la crèche parentale.

 

Cette période d’adaptation est indispensable car il s’agit souvent de la première séparation de l’enfant et de sa famille.

 

Cette période se déroule en deux temps sur deux semaines :

 

La première semaine, un des parents vient à la crèche avec son enfant de façon progressive avec une personne référente qui laccompagne. Ces temps communs permettent à lenfant accueilli et ses parents dapprendre à connaître les autres enfants, les autres parents ainsi que léquipe éducative, et apprécier les particularités qui font de la crèche parentale un mode de garde innovant.

 

Par la suite, la deuxième semaine lenfant viendra seul à la crèche et tranquillement prendra sa place dans un univers qui sera le sien avec ses nouveaux amis et adultes gravitant autour de lui.

 

En plus de permettre au parent de se familiariser avec les personnes qui vont entourer leur(s) enfant(s), Cette période d’adaptation permet également aux professionnels de recueillir les informations qui leur seront nécessaires pour s’adapter au mieux au rythmes du nouveau venu et l’enfant quant à lui de prendre ses repères, repères qui lui permettront de ne pas se sentir perdu quand ses parents ne seront pas présents à la crèche.

 

  1. L’accueil des bébés à la Chrysalide :

 « Le respect de l’individu et de sa différence prend ici toute sa dimension. Rien ne lui est imposé mais une grande variété d’expériences lui est proposée  »

 

    1. A chacun son rythme.

 Le bébé est capable de réaliser des mouvements libres. C’est cette liberté d’action, chez ce petit être surprenant, qui est mis en avant dans la pédagogie de la Chrysalide.

 

Les mouvements du bébé sont une création personnelle, commencement de l’exploration du corps et du monde extérieur. Le bébé apprend à faire seul pour mieux appréhender son environnement et évoluer en pleine sécurité.

Pendant ses premiers mois, l’enfant va réellement prendre conscience de son corps.

 

Nous allons donc privilégier les étapes suivantes du développement moteur de l’enfant jusqu’à la marche :

 la position dorsale : cest la position la plus sécurisante pour lenfant. Pas de risque de chute. Cette position lui permet de remuer tout à son aise, de respirer, de sétirer, se courber, se cambrer, se plier à droite à gauchevéritables exercices de musculation !

 couché sur le ventre : lenfant a maintenant découvert tout lespace antérieur de son corps. Il va chercher à découvrir ce qui est derrière lui. Lenfant va sétirer pour se retourner.

 

A ce stade le bébé a trouvé seul comment passer du dos sur le ventre. En revanche, il est souvent en position « papillon », il remue ses pieds et ses bras comme pour s’envoler.

 

Petit à petit il se fortifie et redresse de plus en plus sa tête. Son champ d’exploration a changé et très vite il est attiré par les objets qui l’entourent.

 ramper : le bébé qui rampe augmente sa faculté dautonomie, son champ de découverte est désormais illimité. Il est en position de sécurité car son centre de gravité est encore au sol.

 Le 4 pattes : Léquilibre intervient enfin. Avant cette position, lenfant navait pas réellement déquilibre mais se servait plutôt de son centre de gravité. Il se déplace enfin de façon très coordonnée pour enfin atteindre la position tant attendue

  La position assise ! Lenfant acquiert la position assise beaucoup plus tard que ce que prétendent les livres. Lenfant qui maîtrise ses déplacements depuis plusieurs mois ainsi que la stabilité de sa tête ne risque pas de tomber, ni en avant ni en arrière.

 Debout avec ou sans appui : lenfant veut toujours aller plus haut cest pourquoi très vite il va se servir de ce qui lentoure pour se relever et connaître la position debout. Petit à petit il va se déplacer de meuble en meuble et se lâcher.

 Pour arriver à la marche tant attendue, signe que tout va bien !

 

Pendant toutes ses étapes du développement, l’adulte est présent pour stimuler l’enfant mais sans « faire à sa place » :

 

«  Du dos sur le ventre, du ventre à quatre pattes à la station debout il me faut du temps, je le prends… Je n’ai besoin de personne, seulement qu’on me parle et qu’on m’encourage. »

A la Chrysalide l’enfant est acteur de son développement.

 

    1. Les soins

 Dans la pratique quotidienne, il convient d’alterner ces moments de grande indépendance avec des moments de relation très proche avec l’enfant. N’oublions pas que ce sont de tout petits êtres et qu’ils ont besoin de moments privilégiés avec l’adulte.

 

Le change est un moment tout particulièrement riche en sensations ; Les mots accompagnent toujours les gestes de ladulte. Et lenfant est averti, encouragé à participer. Très tôt on le verra suivre des yeux tout ce quon lui fait, anticiper et devenir un partenaire acteur de son change.

 

Les repas constituent un autre moment capital. Le mieux est dinstaller le bébé, calme et détendu, dans les bras de ladulte, détendu lui aussi et essentiellement centré sur la satisfaction de lenfant. Cest encore un moyen délaborer une image positive de soi.

 

Pendant ce temps de repas l’adulte veille à ce que tout soit fait de façon à ce que ce moment soit un moment individualisé pour l’enfant qu’il tient dans ses bras. Pour cela le plateau de repas comportera tout ce dont l’enfant à besoin ainsi l’adulte n’a plus à se lever pour aller chercher quelque chose et reste donc totalement disponible pour l’enfant.

 

Le parent de son côté veille à ce qu’une fiche repas correspondant à son enfant soit établie où par exemple apparaît la quantité de lait que l’enfant doit boire…

Il est important de noter que l’alimentation évolue en fonction des demandes de la famille. Aucun aliment ne sera donné à l’enfant si cet aliment n’a pas déjà été introduit dans son alimentation à la maison. Dès changement d’alimentation ou de quantité il suffit aux parents de réactualiser la fiche repas qui est un vrai repère pour l’équipe éducative.

 

Pour le sommeil, en fonction de lâge de lenfant, le moment du coucher prendra des formes différentes mais toujours en vue de garantir à chacun un repos de qualité, sécurisé, agréable et nécessaire.

 

Pour les bébés qui dorment dans la chambre, le repos est à la demande, en fonction des besoins, en tenant compte de l’observation de l’enfant et des transmissions recueillies grâce au cahier de liaison rempli par le parent le matin.

Ces éléments permettent outre la connaissance de chaque enfant liée à l’expérience, de coller au mieux aux besoins de l’enfant.

 

Vigilants sur les rythmes individuels et les signes de fatigues manifestés par chacun, les professionnels proposent aux enfants un moment de repos et chaque fois ce moment est précédé du change (mis en pyjama ou juste en body) dans la salle de bain.

On veille à expliquer à l’enfant que l’on va le coucher et à ce qu’il ait bien tous les éléments de repères nécessaires à son sommeil tel que doudou, tétine, peluche, etc.

 

L’enfant retrouve dans son lit sa turbulette, et les autres éventuelles peluches, couvertures…auxquelles il est habitué, ainsi qu’un petit traversin qui permettra si nécessaire, de sécuriser l’enfant en lui offrant la possibilité de se sentir contenu.

La démarche est de sécuriser et d’accompagner au mieux l’enfant dans le sommeil en offrant une présence bienveillante lors de l’endormissement ; les éléments apportés par les parents sur le sommeil à la maison et les éventuels rituels sont bien sûr les bienvenus et particulièrement relevés lors de l’adaptation afin d’aider l’enfant à retrouver un « nid » en dehors de la maison.

Le professionnel reste auprès de l’enfant qui s’endort, il veille à lui laisser le plus possible d’autonomie dans l’endormissement en essayant de ne pas créer de rituels dont l’enfant n’a pas forcément besoin. Une fois celui-ci endormi, l’enfant reste seul dans la chambre. Le baby phone permet alors une écoute extérieure. Un enfant réveillé est immédiatement rejoint par un adulte soit pour l’apaiser et le rendormir si nécessaire, soit pour le lever… les enfants réveillés ne sont pas laissés dans leur lit.

Une fois levé, l’enfant a besoin de temps. Ce n’est que plus tard qu’on lui proposera de l’emmener dans la salle de bain pour le changer et le rhabiller.

 

  1. Les repères.

 A la Chrysalide, les repères sont très importants, qu’ils soient en lien direct avec la crèche ou avec la maison.

 

Le lien avec la maison, bien sûr, c’est le « doudou », le « ninnin », autrement dit l’objet transitionnel qui suit plus ou moins l’enfant tout au long de sa journée . A la crèche l’enfant gère cet objet comme il le souhaite, pour cela un porte doudous est mis à sa disposition pour qu’il puisse de lui-même aller ranger son objets ou au contraire aller le chercher quand il en a besoin. Ainsi l’enfant n’a pas à passer par l’adulte pour le demander. L’adulte malgré tout est là pour proposer à l’enfant dans certains moment où il délaisse cet objet, d’aller le ranger.

 

Les repères liés à la crèche quant à eux, sont de différentes natures.

Chaque enfant est représenté par un animal et une couleur qui lui est associée. Cet animal et cette couleur suivent l’enfant pendant tout le temps de sa présence à la crèche. Ainsi avons-nous des associations peu ordinaires : une grenouille rose un lion rouge… ! Il y a également notre petit train, collé à l’un des murs de la pièce de vie principale, que nos bouts de chou aiment beaucoup : chacun des wagons est un petit cocon familial qui leur permet de voir papa, maman, le grand frère, la petite sœur… en photo.

 

Parallèlement, les professionnels mettent en place des moments formels rythmés par des rituels afin que les enfants puissent, à la Chrysalide, se repérer dans le temps . Le matin, vers 9h15, les enfants se regroupent sur des coussins pour chanter ensemble. Très vite ils comprennent et retiennent que ce moment est suivi de l’encas du matin. De même, pour les enfants, le fait de se retrouver dans la salle de bains pour se laver les mains annonce automatiquement l’heure du repas ou du goûter. Autre exemple, avant la sièste, les enfants choisissent un livre : c’est un moment calme et privilégié qui les invite à la sièste.

 

  1. Respect du rythme

 Grâce au petit nombre denfants accueillis à la Chrysalide, le personnel peut respecter au maximum le rythme de ceux ci. Pour cela, le professionnel se réfère au « cahier de rythme ». Ce cahier est un cahier individuel, à la fois investi par le parent et par léquipe. Le matin le parent y inscrit lheure de réveil de son enfant, son petit déjeuner, son humeurtout ce qui peut aider léquipe à accompagner au mieux lenfant dans sa journée. Tout au long de cette journée les professionnels notent également les moments marquants de lenfant durant cette même journée (sommeil/ repas/ soins/ anecdotes/ sorties…).

 

Lattitude des parents et de léquipe éducative est très importante pour lenfant qui doit sentir que lon respecte son besoin de prendre son temps pour évoluer. Cela laidera à se structurer et à se développer. Il, faut veiller à ne pas le bousculer et respecter son rythme propre.

 

Il convient également de valoriser ses progrès, de lencourager, de le stimuler, mais sans forcer, pour éviter de langoisser et de le freiner. Cest pour cela quà la Chrysalide, les professionnels veillent à lui aménager des moments de « rêveries solitaires », si cela correspond à son tempérament.

 

Respecter son rythme c’est aussi aider l’enfant, éviter de tout changer brusquement : s’il dort avec sa couverture, emporte ses jouets préférés, la séparation est facilitée. Elle l’est aussi si ses habitudes sont respectées. Et c’est en respectant ses habitudes que, progressivement, l’enfant prendra un rythme propre à la crèche.

 

Cest le bien-être de lenfant qui prime, cest pourquoi ladulte sadapte à lui et non linverse. Lenfant se sent dautant plus en sécurité quil est pris en charge par quelquun qui est attentif à ce quil vit et fait, qui lui consacre du temps qui communique avec lui.

 

Quelque soit le type de crèche, la collectivité impose souvent aux petits des horaires qui ne correspondent pas à leur rythme notamment de sommeil :

Pour les plus grands : ils dorment dans le dortoir. Les repères sont tout aussi essentiels pour les bébés (vu précédemment) ! Ils apportent à l’enfant la possibilité de « s’abandonner » dans le sommeil, qui très rapidement est vécu comme une véritable séparation. Le moment de la sieste est collectif et encadré par des moments repères comme le passage à la salle de bain qui est l’occasion également d’apprendre à se déshabiller seul et devenir plus autonome.

Avant le coucher c’est le moment des histoires choisies par les enfants. Chacun retrouve doudou, tétine, peluche… pour amorcer ce moment calme en toute sérénité.

 

Tout le monde se couche en même temps mais chacun s’endort à son rythme.

 

Pendant le sieste un adulte est présent dans la salle afin de sécuriser les enfants, de gérer les éventuels petits réveils.

Chacun se réveille à son rythme et va alors rejoindre les autres enfants dans la pièce principale.

Tout comme pour les plus petits on laisse le temps à l’enfant de se réveiller en douceur.

Pour tous les enfants, quelque soit l’âge, l’endormissement est encadré par de nombreux éléments de repères sécurisants qui aident à ce que chacun profite au mieux de son sommeil.

 

La Chrysalide a adopté les journées rythmées de temps forts et de temps calmes. Ces temps rythmés sont importants pour l’ambiance du groupe, qui se veut sereine et apaisante, c’est également important pour la gestion du groupe : l’échange enfants/ adultes n’en n’est que plus riche.

 

  1. L’autonomie.

« Laisser l’enfant prendre le contrôle de ses propres apprentissages afin de l’aider à développer une image positive de lui-même. »

 

Afin d’encourager cette démarche vers l’autonomie, chaque enfant est représenté par un animal et une couleur choisi pendant son adaptation lesquels le suivront pendant toute la durée de sa présence à la crèche. Ces couleurs servent de repères et identifient les gants, les bavoirs, les bagues des biberons, les paniers de rangement des vêtements dans la salle de bain et les serviettes de change de chaque enfant. Les animaux se retrouveront également sur les bannettes de changes et à l’emplacement du lit de chaque enfant.

 

Par un système d’animal et de couleurs, l’enfant est acteur dans son environnement et encouragé à faire seul.

 

• Lors des sorties et/ou à la préparation de la sieste il est invité à se déshabiller seul et ranger ses vêtements dans son panier identifié par son animal et sa couleur.

 

• Lors de l’encas et du goûter il est invité s’il le souhaite à servir les autres enfants en distribuant les bavoirs et les biberons.

 

Durant la journée, l’enfant a accès à de nombreux jeux mis à sa disposition mais il est encouragé à ranger ses jeux avant de pouvoir en acquérir un autre.

A la « Chrysalide » nous encourageons l’enfant à se nourrir seul, se servir et exprimer ses goûts. Nous croyons qu’il est essentiel de laisser l’enfant libre de s’exprimer sur ses souhaits, ses envies, ses opinions, ses idées, ses insatisfactions, ses joies et ses problèmes.

 

  1. L’aménagement de l’espace

    1. L’entrée

 Voyons ce que nous trouvons dans l’entrée de la Chrysalide.

 

Tout d’abord, un cahier sert de transmission entre équipe/parents et entre parents/parents. Dès qu’une personne souhaite faire passer un message, elle écrit ce dernier dans ce cahier avec le prénom des personnes à qui s’adresse le message. Les informations peuvent être ainsi transmises en temps et en heure sans pour autant voir tout le monde.

Ensuite, chaque personne de l’équipe ainsi que chaque parent possèdent un casier. Ce qui permet de déposer le courrier administratif aux personnes directement concernées.

Enfin, chaque enfant a un casier bleu représenté par son animal et sa couleur dans l’entrée. Il peut ainsi mettre ce qu’il souhaite dedans comme par exemple les objets provenant de sa maison. Il a également un casier pour mettre ses chaussures et ses chaussons ainsi qu’un porte-manteau où se trouve sa photo.

    1. L’aire de vie

Nous offrons à l’enfant un milieu stimulant qui lui donne l’envie et le désir d’explorer tout en lui procurant plaisir et satisfaction. Pour permettre à l’enfant de poursuivre simultanément différentes activités selon ses goûts et ses intérêts personnels, l’aménagement de l’espace est réparti en différents espaces : coin construction, coin dînette, coin jeux symboliques, coin moteur, coin lecture et un espace bébé. La stabilité de ses coins permet à l’enfant de trouver rapidement ses repères à la Chrysalide.

 

Chaque espace est distinct des autres par le type de matériel qui s’y trouve. Les jouets sont adaptés à chaque tranche d’âge et évoluent au cours de l’année en fonction des nouvelles compétences des enfants afin d’éviter que ces derniers se trouvent dans une situation d’échec. Du mobilier sert à isoler les coins des uns des autres. Quant à l’espace des bébés, celui-ci est entouré de barrières afin d’assurer la sécurité des touts petits à la Chrysalide. Lorsque les enfants grandissent et se déplacent, ils ont la possibilité de pousser une des barrières pour sortir de cet espace ou pour y rentrer. Ils peuvent aussi avoir accès à la structure motrice adaptée pour tous les enfants sachant se déplacer. Des aires de circulation sont créées entre les coins d’activités afin de permettre à l’enfant de circuler d’un espace à un autre sans nuire aux activités des autres enfants.

 

L’aménagement de l’espace à la Chrysalide est donc réfléchi et organisé de façon à ce que l’enfant puisse avoir un accès libre aux différents espaces et jouets. Il lui permet ainsi de gérer le temps d’utilisation des jouets, et le rangement de ces derniers facilité par les bacs transparents et étiquetés mis à la hauteur des enfants. L’aménagement de l’espace aide l’enfant à prendre des initiatives, à être curieux, à se faire confiance et à s’estimer. L’enfant prend ainsi des responsabilités, acquiert une certaine autonomie, avance à son rythme et répond à ses besoins spécifiques du moment. Il peut ainsi s’organiser seul et expérimenter selon ses idées plutôt que celles de l’adulte. L’enfant est alors actif, fixe ses propres règles, développe son savoir faire et sa créativité.

 

    1. La chambre des bébés

La chambre des bébés peut accueillir jusqu’à huit bébés. Cinq lits (avec barreaux) sont réservés pour les plus petits de la Chrysalide. Trois autres (avec petites barrières) sont destinés aux moyens pouvant se lever seul.

 

L’animal et la couleur de l’enfant se trouvent au dessus ou à côté de son lit.

Un meuble est présent afin de ranger les draps et couvertures des lits.

 

    1. La salle de bain

D’un côté de la salle de bain se trouve deux tapis de change, une baignoire et un lavabo à hauteur d’adulte. Des placards de rangement prennent places dessous où sont rangées les serviettes des enfants ainsi que des habits de rechange. Au dessus, nous trouvons des casiers comprenant une panière avec l’animal et la couleur de chaque enfant. A l’intérieur de cette dernière peut se trouver une serviette, une tenue de rechange, un pyjama et un traitement médical avec l’ordonnance.

De l’autre côté, deux toilettes et un lavabo comprenant deux robinets sont à la hauteur des enfants.

 

A la Chrysalide, nous lavons les enfants au coton et au liniment en accord avec le médecin de la P.M.I. (Protection Maternelle et infantile).

Un tableau d’information, où chaque prénom des enfants y figure, nous permet de connaître la fréquence des changes des enfants dans la journée et de savoir si l’enfant a un traitement médical à prendre ou non dans la journée à la Chrysalide.

Une bannette comprend le dossier médical de chaque enfant

Une pharmacie est également présente dans la salle de bain

 

    1. La salle d’activités « polyvalente »

Tout d’abord, diverses activités ont lieu dans cette salle comme par exemple la motricité fine et les arts plastiques.

Ces activités proposées par ladulte permettent à lenfant de découvrir, dapprofondir ses connaissances sur un outil, de favoriser son raisonnement et daller jusquau bout de ce quil a entrepris sans être dérangé par les autres enfants. Ces activités sont relaxantes, plaisantes et libératrices. Elles développent sa motricité fine, sa créativité, son imagination, son expression, sa coordination oculo-motrice* et sa concentration. Elles permettent à l’enfant de mieux appréhender son corps, ses sens, l’espace et les règles. Elles l’aident à s’affirmer et à se socialiser. Elles sensibilisent l’enfant à l’écoute, la lecture et l’écriture.

 

Ensuite, les repas des moyens et grands se déroule au sein de la salle.

 

*lien directe entre les yeux et le mouvement gestuel.

Enfin, cette salle fait également office de dortoir pour le groupe des moyens et des grands enfants. Cinq matelas sont disposés sous la mezzanine et deux en haut. L’animal et la couleur de chaque enfant sont présents au dessus de leur matelas.

Avant de dormir, nous lisons aux enfants, dans le coin lecture aménagé en haut de la mezzanine, des histoires qu’ils choisissent. L’enfant peut emporter ensuite, s’il le désire, un livre près de son lit.

 

Des meubles sont présents afin de ranger le matériel nécessaire pour les différentes activités réalisées dans cette pièce.

 

    1. La cuisine et le bureau

Au sein de la Chrysalide, nous avons une pièce réservée aux adultes qui comprend la cuisine et le bureau.

 

La cuisine est aménagée de façon à pouvoir confectionner les repas, les réchauffer et préparer les collations. Afin de laver la vaisselle et entretenir le linge de la crèche, nous possédons un lave vaisselle, une machine à laver et un sèche linge. Nous disposons également d’un réfrigérateur, d’un micro onde et d’un four électrique.

Une table à hauteur d’adultes est présente afin que ces derniers puissent prendre leur repas ainsi que leur pause dans cette pièce.

 

Quant au bureau, il se situe dans la cuisine afin d’éviter de réduire la surface disponible aux enfants. Un ordinateur est présent, une imprimante et un accès à Internet, ce qui facilite notamment le travail administratif. Les archives sont stockées sur des étagères près du bureau.

 

    1. Autres

Des hublots sont présents sur quelques portes afin que tous les enfants puissent observer ce qui se passe d’une salle à l’autre et de voir l’arrivée de leurs copains ainsi que celui de leurs parents le soir.

 

Au sein de la Chrysalide se trouvent également deux locaux de rangement. Un pour les poussettes et les jeux extérieurs et un autre qui sert de réserve alimentaire et de stockage des produits d’entretiens.

Nous avons aussi des toilettes pour adultes.

Au sous-sol de l’immeuble, nous possédons une cave où se trouvent les décors des semaines à thème par exemple.

 

  1. Les activités

Le jeu est une activité essentielle et nécessaire pour son équilibre et son développement global. L’enfant se construit et se révèle par le jeu. L’enfant a besoin de jeux qui lui donnent le désir d’apprendre, de manipuler, de créer et d’expérimenter pour qu’il puisse découvrir le monde qui l’entoure. L’enfant va à travers le jeu pouvoir acquérir des connaissances tout en développant ses capacités à raisonner, créer et résoudre des problèmes. Le mélange d’âge apporte une émulation et un enrichissement lié à la diversité des expériences dont tous peuvent profiter. Le jeu facilite ainsi l’accès à la socialisation grâce aux échanges entre enfants et/ou adultes.

 

    1. le jeu et l’expérimentation libre.

« L’enfant apprend par l’action, la manipulation, l’expression, l’observation et l’écoute »

La Chrysalide propose des périodes de jeu libre et des périodes d’activités dirigées.

Durant la journée, l’enfant a accès à de nombreux jeux mis à sa disposition et il est libre du choix de ces derniers et de la manière dont il veut les investir. Il est libre de faire ou non les activités et du temps qu’il partagera cette activité avec les autres.

 

Comme nous l’avons toujours encouragé à la Chrysalide, lors de l’accueil, de l’encas ou du réveil des enfants, nous trouvons important de mettre en relation les enfants entre eux peu importe leur groupe d’âge.

 

Toutefois, nous trouvons également important que chaque groupe d’âge puisse explorer, apprendre et être stimulé selon leurs différents besoins et aptitudes qui naturellement diffèrent d’un âge à un autre.

 

Afin de structurer notre pédagogie, et de lui donner une ligne directrice cohérente nous travaillons à l’aide de thèmes et d’une banque d’activités stimulantes et enrichissantes spécifiques à chaque groupe d’âge.

Ces activités permettront à l’enfant d’explorer, de découvrir et d’apprendre par le jeu.

 

    1. le matériel

« Mettre à la disposition des enfants du matériel varié, en quantité suffisante, polyvalent, stimulant et attrayant »

 L’adulte, quant à lui, aura un rôle d’accompagnateur et de guide afin d’optimiser l’acquisition des connaissances tout en respectant le rythme et les capacités de chaque enfant.

 

Naturellement, les objectifs et les activités diffèrent d’un groupe d’âge à un autre mais seront tous aussi diversifiés et respecteront le développement global de l’enfant.

Que ce soit par le biais des arts plastiques, des thèmes ou de toutes activités libres mises en place à la crèche, nous croyons qu’il est possible et essentiel d’amener les enfants à trouver leurs propres idées et à traduire en image leur vision personnelle du monde sans l’intervention directe d’un adulte sur sa création ou l’imposition de modèles à reproduire.

 

De les accompagner à développer les compétences suivantes : ses habiletés motrices, l’affirmation de sa personnalité, l’interrelation et la communication sociale, la construction de sa compréhension du monde et l’engagement personnel envers la réalisation de ses projets.

 

  1. Relation de l’adulte que l’on préconise avec l’enfant : un rôle d’accompagnement.

« S’amuser et rire avec l’enfant »

L’adulte a un rôle de soutien à l’apprentissage de l’enfant. Il soutient l’animation sans la contrôler en outillant l’enfant afin qu’il prenne le contrôle de ses propres apprentissages.

 

L’adulte ne dirige pas le jeu mais observe, écoute, échange avec l’enfant sur ses réalisations, l’aide à résoudre ses problèmes et à régler ses conflits avec ses pairs.

« Partage du contrôle entre l’adulte et l’enfant »

Il est important d’observer l’enfant afin de découvrir leurs intérêts et leurs habiletés et ainsi planifier des activités adaptés et intéressantes pour eux. L’adulte doit se laisser guider par le jeu de l’enfant en suivant les pistes qu’il propose, participer à leurs jeux en suivant les règles qu’ils ont établies.

 

L’enfant a besoin que l’adulte lui fasse confiance et à ce titre l’adulte doit éviter de faire une action à la place de l’enfant, miser sur ses forces plutôt que ses limites et l’encourager à aller jusqu’au bout de ce qu’il entreprend.

 

L’adulte se met à la hauteur des enfants dans l’aire de vie, limite ses déplacements et est disponible. Il soutient les enfants dans leur expérimentation, les valorise et est à l’écoute de leurs besoins et attentes. L’adulte émule des jeux tout en favorisant le libre choix. Il est garant du cadre et du respect des différentes règles pour assurer la sécurité des enfants et obtenir un climat affectif sécurisant.

 

Pour conclure, la relation entre l’adulte et l’enfant doit être sincère et honnête. L’adulte doit accepter d’apprendre des enfants, accepter également d’intégrer les suggestions des enfants dans les actions quotidiennes.

 

  1. La curiosité n’est pas un vilain défaut : ou l’ouverture sur le monde.

 La crèche est le premier lieu de socialisation de l’enfant. Il y trouve d’autres repères qu’à la maison et surtout y côtoie d’autres enfants. La chrysalide accueille TOUS les enfants sans distinction de couleur, de pays, d’origine ni de religion. La « mixité » dès le plus jeune âge est, sans aucun doute, le meilleur moyen pour que les enfants sachent que les différences font parties d’eux et qu’elles représentent pour eux une richesse.

 

De plus, les différences d’origines et de culture peuvent être le prétexte de la découverte de pays divers. Ce désir commun des parents et des professionnels se traduit par la mise en place de semaine à thème où tout l’univers quotidien de l’enfant à la Chrysalide est prétexte de découverte. En effet toujours en lien avec une famille de la crèche, un thème est choisi. Et c’est parti pour un  « voyage d’une semaine ». Lors de ces semaines la décoration est faite en fonction du pays choisi, on déguste des mets typiques, on chante ce qui donne l’occasion de découvrir d’autres langues, enfants comme adultes s’habillent en costumes traditionnels…. C’est la fête.

 

Il ne s’agit certes pas de faire une sensibilisation systématique à la différence. Mais, il s’agit de rester attentif aux questions des enfants ( et parfois des adultes).

A chacun de donner des réponses satisfaisantes et en accord avec l’éthique de l’association.

 

Il est nécessaire tout de même de rappeler que ces semaines à thème sont régulières mais peu fréquente (3 à 4 fois dans l’année) car elles déstabiliseraient trop le quotidien de nos enfants qui à ce jeune âge ont besoin de repères.

 

S’ouvrir au monde c’est également savoir communiquer avec ce qui nous entoure. C’est pourquoi à la Chrysalide et comme le précise le projet social, la vie du quartier fait parti de la vie de la crèche.

 

A proximité de la Chrysalide, deux étendues d’eau aménagées dans un coin de verdure s’offrent presque quotidiennement à nos promenades. Les enfants adorent y aller rendre visite aux cygnes et aux canards toujours friands d’un morceau de pain.

 

De même, plusieurs jardins et parcs sont souvent investis par les enfants, que ce soit pour jouer au toboggan, faire du trotteur, ou simplement se promener à pied ou en poussette selon les âges.

 

La crèche municipale, qui se trouve en face de la Chrysalide, nous laisse accéder librement à son jardin, ce qui, outre les jeux habituels, permet des rencontres avec d’autres enfants et professionnels. A ce titre d’ailleurs, des rencontres inter-crèches ont déjà été réalisées, notamment avec les 3 autres crèches parentales de la ville de Meudon : « les p’tits pirates », « les copains d’abord », « les p’tits as ».

 

Deux fois par semaine nous allons au marché, lieu de vie d’un quartier s’il en est un. Les enfants y découvrent les fruits, les légumes tout en observant et écoutant l’effervescence propre à cet endroit. Chaque semaine, des fruits et des légumes sont achetés pour constituer une entrée ou un dessert.

 

Chaque semaine la Ludothèque de la ville nous ouvre ses portes, ainsi que la médiathèque. Dans c’est deux lieux nous pouvons emprunter des jouets ou des livres, ce qui permet un renouvellement des activités ou des histoires sur la crèche, et pour le plus grand bonheur les enfants !

Par ce biais, les enfants participent concrètement à l’ouverture de la crèche sur l’extérieur et voient bien l’intérêt qu’ils peuvent en retirer.

 

Et puis, il y a aussi La Poste ! Lieu où les enfants aiment déposer un courrier, ou encore la boulangerie, ou le supermarché où il nous arrive d’acheter l’ingrédient manquant à la confection d’un gâteau…

 

Tous ces lieux quotidiennement visités et utilisés par les enfants de la Chrysalide sont autant de points de repère et d’ancrage pour eux qui les aident à découvrir et à s’approprier un espace de vie tout autour de la crèche. Une chrysalide qui serait un cocon fermé sur lui-même ne permettrait pas un plein épanouissement des enfants.

 

  1. Le départ d’un enfant.

 Le départ d’un enfant de la crèche est toujours l’occasion de faire une fête. L’enfant dit « au revoir » à tous ces copains ainsi tout le monde comprend qu’une page se tourne.

Chaque départ est rythmé par différents rituels :

 

un goûter organisé par la famille (gâteaux, bonbons, cadeaux)

 

la remise du classeur à lenfant partant, remise faite par ses « copains » : on retrouve dans ce classeur tout ce que lenfant a fait pendant la durée complète de sa présence à la crèche : peinture, dessins, collageet ce dans lordre chronologique. On y trouve également des photos souvenirs, son animalgrand moment démotion pour tout le monde.

 

Pour les familles qui le souhaitent, cest aussi loccasion de partager un verre de lamitié et de partager un dernier moment festif.

 

Avant de partir, une petite griffe sur le livre dor pour signifier son passage dans la grande aventure quest la Chrysalide !

 

CONCLUSION

Quelques soient les objectifs que l’on se fixe, les projets que l’on mette en place, l’enfant, bien évidemment est toujours au centre de nos préoccupations.

 

La Chrysalide est un lieu où chaque individualité peut s’exprimer, en fonction de ses compétences, de ses envies, que ce soit pour les enfants ou vis-à-vis des partenaires extérieurs. Le bon fonctionnement de la crèche dépend, en effet, fortement de la qualité de l’investissement des parents.

L’équipe, quant à elle, est toujours là pour soutenir et aider la réalisation des différents projets.

 

 

C’est à chacun de faire en sorte

Que la crèche n’ait pas de « Chrysalide » que le nom

Mais que tout le monde,

Enfants comme adultes,

Puisse s’y sentir bien et en sortir grandi.

Identification

Merci de vous identifier

Une fois identifié, vous pourrez accéder aux pages réservées aux membres.

Partenaires